Un projet développé en partenariat avec :

  • Le LLCP-Laboratoire des Logiques Contemporaines de la Philosophie, Université Paris 8 (France)
  • EXPERICE-Centre de Recherche Interuniversitaire Expériences Ressources Culturelles Éducation, Université Paris 8 (France)
  • L’Institut des Humanités MEDFIL (France-Palestine)
  • Le Centre de Recherche Sorhawardi (KRG-Irak)

 


Nouvelles pensées du politique, du social, et de la critique des savoirs – Notes pour un projet d’échange, de recherche et de formation mutuelle (Printemps 2016)

Nous nous rencontrons à l’intersection de parcours de recherche et d’expérimentations différentes, avec une cohérence de réflexions et de nouvelles inspirations qui lient ensemble des problématiques du politique, du social et de la critique des savoirs.

Ces rencontres se situent dans le contexte de large de la globalisation (en différents points du réseau de nos rencontres, en France, au Proche et Moyen-Orient), et nous voulons créer un contexte approprié d’échange, de recherche et de formation mutuelle, qui permettrait à ces échanges et ces recherches de se développer, selon un réseau de sites et de situations différentes, dans et à l’extérieur de l’Université.

Dans la continuité de nos rencontres, nous proposons d’élaborer un programme mutualisé dans l’échange, la recherche, et la formation, avec les sciences de l’éducation, la philosophie et la sociologie politiques, les études de genre, et les Arts & Média. Un projet commun en réseau entre l’Académie des Sciences sociales de Mésopotamie à Kameshli, l’Institut des Humanités MEDFIL, et les laboratoires de l’Université Paris 8 Saint-Denis Experice-Expérience Ressources Culturelles Education, et LLCP-Laboratoire des Logiques Contemporaines de la Philosophie, avec l’organisation d’un séminaire régulier, la traduction et la publication des éléments issus du séminaire, et des sessions de formation.

La démarche a plusieurs dimensions :

  • Elle s’empare des méthodologies inter-disciplinaires pour créer des espaces de rencontre et discussion, et soutenir l’intégrité des pratiques dans les domaines de la recherche et sa mise en oeuvre.
  • Elle explore les figures de la recherche à travers la traduction.
  • Elle considère la nécessaire extension de la recherche à une sensibilité poétique dans les Arts & Média.
  • Elle donne tout son sens à, et prend acte de ce que les disciplines de l’inter-disciplinarité passent par l’indisciplinarité qui construit les points communs de nos recherches respectives comme une recherche collective.
  • Elle construit un réseau de sites et de situations différentes où la rencontre est un élément initial, une constellation ouverte comme l’est celle des noms de villes dans une carte en fragments : Paris, Téhéran, Istanbul, Kobanê, Souleymanieh, Beyrouth, Jérusalem, Haïfa, …
  • Elle donne lieu à la formalisation d’un projet de recherche dont le point de départ est dans les expressions de théories voyageuses.
  • Elle s’attache à produire des approches critiques de l’histoire de l’espace de Sykes-Picot, et des conditions de la globalisation dans ses dimensions politiques, sociales, économiques, etc.
  • De là, elle porte sur la construction des appartenances, les formes d’extra-territorialité, la problématique des frontières, les nouvelles expressions du vivre ensemble, les productions théoriques du post-national, les politiques de la traduction et des savoirs.

Un Séminaire d’études politiques en Proche et Moyen-Orient – Nouveaux enjeux et pensées critiques en épistémologie et politique

Le point de départ de ce séminaire est dans les expressions de théories voyageuses qui, là où une chaîne conceptuelle faisait défaut (exils, guerres, et déplacements, situations de subalternisation dans la vie, le droit, et la langue, séparations), s’écrivent en une cartographie de récits où énoncés et énonciations ne peuvent être disjoints. Ces récits sont les syntagmes concrets issus de la rencontre, des formes de vie, de leur persistance, et la forme de leur historicité.
Par ailleurs, les conflits qui traversent le Proche et Moyen-Orient aujourd’hui ne sont pas dissociables de l’histoire des accords Sykes-Picot. Il est également nécessaire de les aborder à partir d’une analyse plus large des conditions de la globalisation, cet autre nom de la colonisation, dans ses dimensions politiques, sociales, économiques, etc.
C’est depuis un décentrement constant, un décentrement dont dérive une différence dans laquelle s’inscrivent les autres noms de l’histoire, que pourraient se dire les formes nouvelles possibles du politique.
De là, ce séminaire porte sur les nouvelles formes d’agir politique et les productions théoriques du post-national, les généalogies de la violence et les langages de la mémoire, la construction des appartenances multiples, l’expérience des frontières, les politiques des savoirs et de la traduction.

Pré-programme d’Invitations / Interventions :

  • Engin Sustam (CETOBaC-EHESS / Université de Genève) – 1. Art & subalternité Kurde / 2. La violence et la contre-violence d’Etat en Turquie
  • Naji El Khatib (Institut des Humanités MEDFIL) – 1. La mémoire palestinienne, la mémoire des lieux : entre exil et retour / 2. La mouvance ODS en Palestine et le post-nationalisme / 3. Les peuples sans Etats et l’héritage de Sykes-Picot
  • Sonia Dayan-Hezbrun (Paris 7 / Institut des Humanités MEDFIL) – L’État : De l’entreprise coloniale à la vision décoloniale
  • Morad Farhadpour (Porsesh Institute / Thesis 11) – La pensée comme traduction
  • Oreste Scalzone – Léviathan dans la langue
  • Philippe Rekacewics (Visionscarto) – Une cartographie en fragments
  • Marina Nebbiolo (Institut des Humanités MEDFIL) – Les films de Nurith Aviv : D’une langue à l’autre (2004), Langue sacrée, langue parlée (2008), Traduire (2011)
  • Nacira Guénif-Souilamas (EXPERICE-Paris 8) – Le corps-frontière
  • Mansur Tayfuri (LLCP-Paris 8 / Centre de Recherche Sorhawardi) – Petits romans et essais de littérature populaire en langues Kurde et Persanne
  • Béatrice Rettig (LLCP-Paris 8) – Les identités conflictuelles
  • Amir Kianpour (LLCP-Paris 8 / Thesis 11) – L’Archipel de Babel (Vidéos-entretiens de traducteur-trice-s iranien-ne-s / Documentaire collectif)

Équipe scientifique : Béatrice Rettig (LLCP-Paris 8), Naji El Khatib (Institut des Humanités MEDFIL), Valentin Schaepelynck (LLCP-Paris 8), Sonia Dayan-Hezbrun (Paris 7 / Institut des Humanités MEDFIL), Marina Nebbiolo di Castri (Institut des Humanités MEDFIL), Amir Kianpour (LLCP-Paris 8 / Thesis 11), Mansur Tayfuri (LLCP-Paris 8 / Centre de Recherche Sorhawardi), Morad Farhadpour (Institut Porsesh / Thesis 11), Somayeh Rostampour (GTM-Paris 8), Engin Sustam (CETOBaC-EHESS / Université de Genève), Hassan Koç (Académie des Sciences sociales de Mésopotamie à Qamishlo), Hawjin Amin (Centre de Recherche Sorhawardi / Université de Souleymanieh).